Au-delà du respect du code du travail, les locaux représentent un outil de management à ne pas négliger. Pour le bien-être des collaborateurs et la performance de l’entreprise. Voici, en chiffres, l’essentiel à retenir pour aménager ou réaménager vos locaux.


Les règles en matière d’aménagement des bureaux dépendent à la fois du code du travail et de normes AFNOR. Que ce soit une obligation légale ou un usage, il ne faut pas prendre à la légère l’installation de vos bureaux. En cas de non-respect de ces principes, les salariés sont en droit de faire venir la médecine du travail pour visiter les locaux et exiger l’amélioration de l’aération ou de l’éclairage, par exemple. Par ailleurs, les règles de sécurité évitent les accidents du travail. Au-delà, des bureaux confortables et agréables contribuent au bien-être des collaborateurs, à l’image de l’entreprise et même à l’amélioration de sa performance.

I. LE POSTE DE TRAVAIL

– 10 m² : c’est la surface qui doit être allouée à un poste de travail en espace semi-ouvert. Elle s’élève à 15 m² par poste, en comprenant la circulation, en espace cloisonné. A noter ce n’est pas une obligation légale, mais c’est  une règle d’usage.

– 1,80 mètres : c’est la distance qui doit séparer un siège de tout obstacle, en général un mur, pour permettre au collaborateur de déplacer son fauteuil de manière confortable et à un tiers de contourner le poste de travail.

– 6 mètres : c’est la distance maximale qui doit séparer des bureaux de la lumière naturelle. Au-delà, les postes de travail sont en second jour et doivent bénéficier d’un éclairage complémentaire. Le code du travail stipule que chaque poste de travail doit bénéficier d’un éclairage de 300 Lux. Plus il sera éloigné du premier jour, plus la puissance nécessaire pour compléter l’éclairage naturel sera donc importante.

A noter : la longueur d’un bureau individuel ne doit pas dépasser deux fois sa largeur pour être considéré comme confortable, afin d’éviter un effet « couloir ».

II. ISOLATION PHONIQUE

– 40 décibels : c’est le niveau sonore accepté entre chaque bureau cloisonné.

III. HYGIÈNE

– 25 m3 : c’est le volume de renouvellement de l’air par heure et par personne imposé dans les bâtiments cloisonnés.

IV. SÉCURITÉ

– 300 m² : au-delà de cette surface de bureaux, en espace ouvert, un système de désenfumage est obligatoire.

– Il est obligatoire d’installer un extincteur par étage minimum. A noter : les locaux électriques doivent être équipés d’un extincteur à part, qui sera à poudre de CO2 et non à eau.

– Un affichage des consignes de sécurité ainsi que le plan d’évacuation des locaux doit être prévu.

– Un contrôle annuel de l’installation électrique est obligatoire.

Ces données sont réglementaires.

V. SANITAIRES

Le Code du Travail impose :

– Un sanitaire pour un effectif de 10 femmes

– Un sanitaire pour un effectif de 20 hommes

Par ailleurs, les locaux recevant du public doivent prévoir un sanitaire pour personnes en fauteuil roulant, qui doivent pouvoir faire demi-tour à l’intérieur (rayon de giration d’1,50m). Dans ce cas, la porte du sanitaire fera 90 cm minimum.

  • A ne pas oublier

– Il faut 1 m minimum entre le sol et toute fenêtre pour éviter tout danger de basculement. Si tel n’est pas le cas, il est nécessaire d’installer une main courante pour assurer cette hauteur.

– Il est préférable qu’un couloir fasse au moins 1,5m de large pour assurer des déplacements confortables.